Rentrée parlementaire : Lundi 22 septembre, Jean-Jacques Candelier a voté contre la prolongation de l’intervention de nos forces armées en Afghanistan.
Accueil > Les luttes > Situation de l’automobile dans la région : tout faire pour empêcher la casse de l’industrie
Inscription à la Newsletter
Les luttes
Le 20 octobre 2008

> Situation de l’automobile dans la région : tout faire pour empêcher la casse de l’industrie

Jean-Jacques Candelier est très préoccupé par la situation des constructeurs automobiles. Par exemple, l'usine Renault Douai s'apprête à supprimer pas moins de 1 500 emplois, ce qui serait dramatique.

L’usine Renault Douai avait été installée au début des années 70 pour compenser la disparition des mines. Aujourd’hui, on parle de 1 500 postes supprimés, ce qui transformerait le site en simple usine d’assemblage.

Il n’est pas question de voir disparaître une telle entreprise, d’autant plus que la situation économique du Douaisis est alarmante et très dépendante de la vitalité de Renault. Dans de nombreuses localités, le taux de chômage atteint les 20 %, voire plus.

Les salariés ne doivent pas être considérés comme la variable d’ajustement des actionnaires. Ils se mobilisent, et ils ont bien raison ! Il existe un risque pour les acquis du monde du travail, les savoir-faire et l’emploi. Avec la crise, les reculs sur le droit du travail, les salaires et le manque d’investissement rendent la situation encore plus compliquée, alors que les profits restent colossaux.

Le système devient prédateur : fusions, délocalisations, fermetures d’usine, réduction de postes…

Pour Renault, une plus grande participation de l’Etat dans le capital pourrait empêcher les difficultés. Ne le fait-on pas pour les banques privées ?

D’une manière générale, pour développer l’industrie et l’emploi, la dictature à l’entreprise doit cesser au plus vite.

J’estime primordial de commencer par renforcer les attributions des élus du personnel. Les institutions représentatives devraient valider les grands choix stratégiques des entreprises, qu’il s’agisse des investissements, de la spécialisation technologie, de la structure juridique, de la localisation des productions ou du niveau de l’emploi et des salaires.

C’est le sens de la proposition de loi que je déposerai prochainement sur le Bureau de l’Assemblée nationale.

PDF - 282.7 ko
Tract 4 pages automobiles douaisis
Dernière mise à jour du site le : 24 octobre 2008