Retrouvez-moi sur facebook et twitter
Accueil > Action parlementaire > L’action du Vice-président de la commission Défense > Rencontre avec l’ARAC
Inscription à la Newsletter
L'action du Vice-président de la commission Défense
Le 9 septembre 2014

> Rencontre avec l’ARAC

Le député PCF Jean-Jacques Candelier, Vice-président de la commission défense de l’Assemblée nationale, a reçu la visite à Somain de Raphael Vahé, Président national de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC), accompagné de Hervé Corzani, membre du Bureau national.

Une association créée en 1917 qui a compté dans ses rangs Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier.

Cette visite dans le Nord constituait un retour aux sources pour Raphael Vahé, qui a passé son enfance à Aniche et qui a été enseignant au collège Victor Hugo de Somain.

À l’approche du débat budgétaire, ils ont fait le point sur les revendications des anciens combattants, mais aussi sur les grands sujets d’actualité : place de la France dans l’OTAN, établissement d’une armée citoyenne, réhabilitation des fusillés pour l’exemple, gel de la vente du Mistral à la Russie, montées de l’extrême droite et des nationalismes en France et en Europe…

« Il faut résister à ce danger, préserver la paix, la souveraineté nationale, résister à la montée de l’extrême droite, du fascisme, à tous les intégrismes et surtout répondre aux attentes sociales », d’après le Président Vahé, qui s’est notamment indigné du soutien apporté par François Hollande à un pouvoir ukrainien qui comporte des néo-nazis.

L’ARAC appelle à renforcer la solidarité morale et matérielle envers les victimes de plus en plus nombreuses de la crise, en situation de détresse. « La vigilance s’impose sur les droits à la réparation des anciens combattants et victimes de guerre car le budget subira la politique d’austérité voulue par Bruxelles et par les marchés financiers » dénonça Jean-Jacques Candelier.

En cette riche année commémorative, l’accent doit être mis sur les causes des guerres. « Nous récusons les va-t-en-guerre qui développent des interventions militaires au prétexte de l’urgence humanitaire alors qu’il s’agit en fait de piratage économique aux bénéfices et aux profits de pays étrangers. La guerre est toujours la désolation, la destruction, des orphelins, la mort, et la misère. La guerre doit être maudite, n’en déplaise à tous ceux qui lui donnent un rôle prétendument humanitaire » stipule la dernière résolution de l’ARAC.

L’association s’est félicitée du vote par le Parlement de la reconnaissance du 27 mai comme Journée Nationale de la Résistance. « Le CNR a permis des grandes avancées démocratiques et sociales qui marquent encore la société d’aujourd’hui (notamment la sécurité sociale, la réforme des hôpitaux publics, le statut de la fonction publique). Il a permis la relance de l’économie à travers les nationalisations (EDF, AIR FRANCE, RENAULT, GDF, SNCF, les BANQUES, la SNECMA…), l’acquisition de droits nouveaux pour les travailleurs avec les comités d’entreprises, une troisième semaine de congés payés… »

Le constat final est commun à Jean-Jacques Candelier et aux dirigeants de l’ARAC : rien n’est définitivement acquis dans la France d’aujourd’hui. « Nous le voyons avec les politiques suivies par les gouvernements successifs, qui tournent le dos aux intérêts des Français ».

Dernière mise à jour du site le : 18 avril 2016